Confiance en soi et timidité : un ancien timide témoigne

par | Fév 14, 2019 | Confiance en soi | 0 commentaires

Comment faire pour sortir de sa zone de confort quand on est timide ? Imagine le courage que ça demande pour oser adresser la parole à une fille qui te plaît. Mais ça doit être horrible.

Surtout quand on pense à la représentation des hommes dans notre société. C’est pas vraiment synonyme de timidité.

Tu as peut-être déjà été confronté à ce genre de situation. C’est pourquoi le témoignage d’Henri Phe a des chances de te plaire.

Henri est mon invité sur le Blog ImprovYourself. Il est lui aussi coach de vie, mais à Paris. Il fait bénéficier à ses coachés son expérience d’ancien timide. Et il a généreusement accepté de partager son cheminement vers la confiance en soi avec toi dans cet article.

Photo Henri Phe

Si tu écoutes le podcast, tu sais que j’adore les témoignages et les chemins de vie. En voilà une version écrite, c’est différent de l’audio.

Je te souhaite une bonne lecture et je te retrouve à la fin.

Stéphanie

Ancien grand timide, hyper-introverti et aujourd’hui coach de vie accompagnant des personnes timides, j’ai fait un grand travail sur le chemin de la confiance en soi. J’aimerais à travers cet article vous partager un bout de mon parcours ainsi que mes leçons apprises.

Si je vous demandais de me définir ce qu’est la confiance en soi, que me diriez-vous ? Je pense que je recevrais des réponses assez diverses. La confiance en soi étant tellement large, c’est même parfois un terme un peu confus.

Pour comprendre la confiance en soi, il est important de définir aussi l’estime et l’amour de soi.

La confiance en soi

Pour commencer, la définition que j’ai de la confiance en soi est la capacité de se voir capable d’agir.

Nous pouvons, par exemple, avoir confiance en nous au travail. Cette confiance nous permettrait d’accepter les challenges car nous avons confiance en nos compétences, en notre expérience et en nos qualités dans le domaine.

La confiance en soi est propre à un domaine. C’est-à-dire que nous pouvons avoir confiance en nous au travail mais à côté manquer de confiance dans nos relations sociales par exemple.

Pour illustrer la confiance en soi, je la vois comme une fiole que l’on remplit. Il y a une fiole par domaine.  À travers des actions, des expériences, nous remplissons petit à petit la fiole. Et c’est avec un travail sur le long terme que nous gagnons confiance en nous dans le domaine en question.

L’estime de soi

L’estime de soi est la valeur que nous nous donnons à nous-même. Elle nous est propre, c’est-à-dire qu’elle n’est pas liée à un domaine.

Elle est aussi liée à la confiance en soi. Si nous gagnons confiance en nous dans certains domaines cela va permettre d’alimenter l’estime que nous avons de nous-même, et inversement.

Reprenons l’image de la fiole. L’estime de soi a aussi une fiole que l’on alimente. La fiole de l’estime de soi est reliée par un tuyau aux fioles de la confiance en soi.

L’amour de soi

Et enfin l’amour de soi correspond à l’amour que nous avons pour nous-même. Alors je ne parle pas de l’amour qui nous fait nous admirer devant le miroir pendant des heures mais l’amour qui nous permet nous accepter tels que nous sommes.

Un manque d’amour de soi se représente dans le schéma comme un trou dans le tuyau qui relie la confiance et l’estime de soi. Les conséquences étant que les choses que nous faisons et qui alimentent notre confiance ou notre estime sont évacuées à cause de ce trou.

Maintenant que vous avez une notion un peu plus précise de la confiance en soi, j’aimerais vous partager, à travers mon parcours, la manière dont j’ai pu développer la confiance, l’estime et l’amour de soi.

Episode 1 – Je n’avais pas confiance en moi

Comme je vous le disais plus tôt, j’étais un grand timide par le passé. Ma timidité a été la source de mes plus grandes frustrations. Et ces frustrations concernaient principalement mes relations amoureuses

J’étais incapable d’exprimer ce que je ressentais pour une fille. Pire encore, j’étais incapable d’avoir juste une conversation normale. Je ne me voyais pas du tout passer des heures seul à discuter avec elle. J’avais tout le temps cette impression de ne pas être assez intéressant, intelligent, beau, etc…

J’ai passé mes années scolaires à espérer que les filles qui me plaisaient viennent me parler. Ou bien que le destin me donne un coup de pouce. Comme on en voit dans les films américains ou dans Joséphine ange gardien. ^^

Je me voyais la bousculer dans les couloirs en faisant tomber ses affaires. Nos regards se croisent et là, c’est le coup de foudre.

Coup de foudre amoureux

Bref j’étais naïf.

Les années passèrent et mes amis connaissaient chacun leur tour leur premier amour.

Moi de mon côté, j’avais l’impression que cette timidité et ce manque de confiance que j’avais en moi me faisait passer à côté de mes plus belles années de la jeunesse…

Ma fiole de confiance en moi et d’estime de moi étaient au plus bas

Mais heureusement, un voyage a changé ma vie…

Episode 2 – Je remplis mes fioles…

C’était en 2012, un voyage étudiant à Montréal m’a profondément bouleversé.

Je sortais d’une année assez difficile et de grande solitude. Montréal sonnait comme un nouveau départ pour moi. Avant de partir, je m’étais lancé comme défi de m’inscrire à des cours d’improvisation théâtrale afin de vaincre ma timidité une fois pour toute.

Après 2 semestres passés à Montréal et quelques mois d’impro, je suis revenu complètement changé. J’ai réussi à vaincre ma timidité. J’étais plus à l’aise dans mes relations sociales. J’avais un peu plus confiance en moi. Puis surtout, je m’étais découvert une nouvelle passion pour le développement personnel.

En parallèle, j’avais aussi accordé du temps à une de mes autres passions qui était la danse. J’avais pu développer mes compétences dans la danse Hip-hop. J’ai même eu l’occasion de donner des représentations sur scène. Cela m’a permis de gagner beaucoup confiance et estime en moi.

Superman confiance en soi et estime de soi

…Lentement mais surement

Les années qui suivirent ont été des années de développement personnel et de dépassement de soi. J’ai continué l’impro. J’ai foulé mes premières scènes d’impro devant un public.

À travers des défis de zone de confort, je continuais de me surpasser et faire face à mes peurs.

Je m’étais aussi intéressé à la séduction. Cela m’a permis d’être plus à l’aise pour exprimer ce que je ressentais et moins timides à l’idée que la fille connaisse mes intentions.

Avant, il était impossible pour moi que la fille sache qu’elle me plaisait. J’étais beaucoup trop timide pour cela. Les rencontres que j’ai pu faire m’ont permis de gagner confiance en moi et aussi d’alimenter l’estime que j’avais de moi-même.

Avec toutes ces expériences et ces apprentissages, mes fioles de confiance en moi et d’estime étaient au plus haut. Il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas.

J’étais pourtant plus à l’aise socialement. J’avais du succès auprès des filles. J’avais beau me dépasser et réussir à faire des défis de zone de confort qui demandaient beaucoup de courage, il y avait quelque chose qui n’allait pas.

Je m’en suis rendu lorsque j’ai débuté ma formation de coaching.

Episode 3 – La pièce manquante du puzzle

Je me souviens du premier jour où je suis arrivé. J’étais tellement impressionné par les personnes qui étaient présentes et qui allaient devenir mes camarades. Ils avaient 10, 20, voir même 30 ans de plus que moi…

J’ai tout de suite ressenti comme un sentiment d’illégitimité.

“Qui suis-je du haut de mes 28 ans pour devenir coach de vie ?”

“Je n’ai peut-être pas assez d’expérience de vie pour coacher ?”.

Ces questions me trottaient la tête les premiers jours de ma formation. Heureusement, la pratique et l’expérience acquises m’ont donné confiance en moi. Puis c’est surtout la prise de conscience que le coaching n’est pas du conseil mais plutôt un accompagnement qui permet au coaché de trouver lui-même ses réponses à ses questions et révéler son potentiel.

À côté de ce sentiment d’illégitimité, il y avait autre chose qui touchait une part d’ombre en moi. Je me comparais sans cesse aux autres. Je me fixais toujours la barre hyper haute. J’étais perfectionniste

Je me souviens d’un exercice où on devait partager nos plus grandes peurs. La mienne était de ne pas être à la hauteur. Maintenant, je réalise la cohérence par rapport au mal qui me rongeait.

La prise de conscience est arrivée un peu plus tard durant la formation : au fond de moi, je ne m’aimais pas… Je manquais d’amour pour moi. Je ne m’acceptais pas tel que j’étais. Pas étonnant que je me comparais sans cesse aux autres et que je me mettais tout le temps la barre aussi haute.

Toutes ces années de développement personnel, de défi, de challenge et de dépassement de soi avaient pour but de faire de moi une meilleure personne. Et pourtant ce qui me manquait était juste là : M’aimer.

J’essayais d’atteindre cet idéal et devenir meilleur car depuis tout petit, j’avais cette croyance qui disait que je n’étais pas à la hauteur.

Enfant perfectionniste

J’aurai eu beau devenir meilleur et encore meilleur. Si je ne m’aimais pas et ne m’acceptais pas tel que j’étais, la barre que je me fixais aurait sans cesse était toujours plus haute. J’aurai était dans cette interminable quête d’idéal. Le remède était là : aimes-toi toi-même.

Ça semble tellement simple dit comme cela, mais pour moi ça a été une énorme prise de conscience. Ça ne règle certes pas tous mes soucis lié à l’amour de soi. Mais c’est déjà un grand pas que je faisais dans la voie de la guérison. C’était un petit pansement que je mettais sur la fuite du tuyau, pour reprendre l’image des fioles.

Le mot de la fin

Aujourd’hui, je suis toujours en voie pour mieux m’accepter tel que je suis. J’apprend à être moins exigeant envers moi-même tout en gardant cette part d’ambition et d’envie de dépassement de soi, qui m’a fait avancer jusque là.

Le message que j’aimerais vous faire partager est le suivant : si vous voulez travailler sur votre confiance en vous, faites-le sur tous les plans.

Gagnez confiance en vous en passant à l’action, en faisant de nouvelles activités et en sortant de votre zone de confort.

Développez votre estime de vous en osant et en apprenant à vous connaître aussi.

Et puis surtout prenez soin de vous. Aimez-vous. Acceptez-vous tel que vous êtes avec vos qualités et défauts. Vous êtes unique. Chérissez-vous comme vous chérissez les personnes qui vous sont les plus chères.

Henri

Je trouve toujours fascinant de constater à quel point quand on est arrivé à un objectif, on s’y habitue très vite. Même si ça a été long et pénible pour l’atteindre.

J’en parlais en séance avec une cliente qui me disait que ce a quoi elle aspirait il y a un an en arrière lui paraît tellement banal aujourd’hui.

Henri n’est plus timide. Il monte sur scène pour faire de l’impro. Il danse. Il coache des gens pour leur timidité. C’est devenu sa normalité.

Mais t’imagines comme c’est énorme pour le Henri qu’il était en 2012 ?

Et c’est tout à fait normal de ne pas s’extasier tous les jours sur les progrès qu’on a fait. Sinon, ça signifie que l’on ne se concentre plus sur un nouvel objectif. Et de fait, de considérer que c’est bon, on a fait assez d’efforts. On peut se détendre.

Sauf que ça ne marche pas comme ça. Quand tu arrêtes de progresser, tu régresses.

Alors continue à travailler sur toi. Fixe-toi des objectifs toujours plus ambitieux. Et ne lâche rien.

Si tu veux en découvrir plus sur Henri, tu peux le retrouver sur son site henriphe.com.

Et si tu as aimé l’article, tu peux laisser un commentaire ou le partager avec tes amis timides 😉

Plein d’amour et d’énergie

Stéphanie

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin
Phasellus ipsum leo. ut consectetur Sed sed dapibus ipsum neque.
Pack confiance en soi

TELECHARGEZ GRATUITEMENT LE PACK POUR AUGMENTERVOTRE CONFIANCE EN VOUS !

 5 infographies sur la confiance en soi à télécharger au format PDF

Votre email restera 100% confidentiel

C'est tout bon ! Vous allez recevoir un mail pour confirmer votre inscription.