L’ego : ennemi numéro 1 de l’estime de soi ?

par | Mar 3, 2017 | Confiance en soi, Développement personnel | 10 commentaires

Si vous êtes un lecteur assidu de ce blog, vous avez compris grâce à l’article de la semaine dernière que la confiance en soi était une des composantes de l’estime de soi. Vous aurez retenu qu’avoir confiance en soi, c’est croire en ses capacités à passer à l’action. Et l’estime de soi, c’est le rapport que l’on entretient avec soi-même.

Mais alors, comment faire pour que l’estime de soi que l’on se porte s’améliore ? Quelles sont ces voix dans votre tête qui tournent en boucle tel l’album Merry Chrismas de Mariah Carey pendant les fêtes de fin d’année ? Qu’est-ce-que j’ai fait l’été dernier ? Toutes les réponses à ces questions plus ou moins essentielles dans cet article.

L’expérience et l’estime de soi

Cet été, j’ai donné des cours de français dans un centre de vacances pour ados étrangers, envoyés bon gré mal gré par leur parent dans l’espoir qu’ils apprennent deux mots de notre jolie langue. C’était ma première expérience dans le domaine.

Je planifie ma première semaine avec pas plus de 30 mn de grammaire par jour. Ça faisait partie des consignes. C’est en échangeant avec un prof expérimenté que le doute s’est installé. Il me demande ce que je travaille niveau grammaire. Je lui dis « Exprimer son opinion ». Ce à quoi il fait la moue. Je ne sais pas à quoi est due sa réaction mais je le prends tout de suite pour « Ohlala, je le savais, mon programme de grammaire n’est pas assez costaud ».

Et voilà comment je me retrouve à leur faire faire du subjonctif et à les noyer sous les photocopies de règles de grammaire et d’exercices divers. Et mon ego qui me conforte sur ce chemin. « Si, si, tu es maintenant un professeur toi aussi. C’est comme ça que faisait tes professeurs en classe. C’est ce qu’il faut faire. Ok, ils s’ennuient un peu et toi aussi mais c’est normal, c’est comme ça. La grammaire, c’est ennuyeux. »

Il y avait quand même une autre petite voix au fond de moi qui me disait « Mais si, c’est possible de travailler le subjonctif par le jeu ».

Qu’ai-je fait selon vous ?

Mais d’abord, c’est quoi ces petites voix qui cohabitent dans ma tête ? Je suis sure que vous avez les mêmes à la maison.

C’est quoi l’ego ?

Notre ego est une identité, un personnage auquel nous nous identifions. Il est omniprésent, il est là tout le temps et prend plus ou moins de place au sein de notre mental. A force d’avoir des conversations avec cette petite voix dans votre tête, vous vous demandez si vous n’êtes pas schizo, pas vrai ? Ben voilà, l’ego c’est le monologue que vous entretenez avec vous-même.

L’ego appartient au mental. Il est les histoires que nous nous racontons sur nous-même, les autres ou encore la vie et auxquelles nous croyons. Plus nous avons d’histoires en nous qui tournent en boucle et plus notre ego prend de la place.

Par exemple, l’ego est la partie de nous qui sait ou croit savoir, celle qui a une opinion sur tout. L’ego juge et se juge, critique et se critique ou encore estime le « possible » de l’impossible, ce qui est bien, ce qui est mal…. Il culpabilise et fait culpabiliser, il est fermé, a peur, se défend, doute….

L’ego est donc dans le jugement de ce qui est. Le présent est insatisfait, alors il recherche ailleurs ce qui pourrait le contenter.

Plus nous sommes dans notre mental, notre ego et moins nous sommes véritablement libres et heureux car nous réagissons (et non agissons) en fonction de paramètres limités et incomplets. Là où nous devrions « être » et agir de manière détachée et en conscience, nous sommes, par l’ego, en mode automatique « réactif ».

Nous ne cherchons pas à savoir pourquoi nous agissons de telle ou telle façon. Et nous considérons cela comme normal, faisant partie de nous-même. Plus fort encore, nous le  justifions. « je suis comme ça », « moi je sais ce qu’il me faut », « les autres, ils ont rien compris »…. L’ego déteste avoir tort et fait souffrir l’estime de soi. Du coup, nous faisons preuve d’une grande fermeture à tout ce qui n’est pas nous. Plutôt mourir que d’accepter de ne pas avoir raison… ça vous parle ? Merci qui, merci l’ego !

C’est quoi l’intuition ?

Étymologiquement, l’intuition vient des mots latins in (en, dans) et tueri (regarder attentivement, contempler). Intueri signifie donc l’acte de regarder attentivement à l’intérieur de soi, voir de l’intérieur.

Dans le dictionnaire, l’intuition est définie comme une « connaissance soudaine, spontanée, indubitable », une « connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience ». Elle désigne le pressentiment de ce qui est ou doit être. L’acte de percevoir ce qui nous est inconnu, sans pouvoir l’expliquer ou l’argumenter.

A l’opposé de l’ego, l’intuition est un mode de connaissance indépendant de la raison. Elle ne provient pas d’un processus rationnel ou logique et n’est donc pas issue d’une réflexion, d’une analyse ou d’une déduction. L’intuition procède de façon immédiate et représente une forme de compréhension directe et spontanée, qui ne s’appuie ni sur l’expérience, ni sur des indices sensoriels. Il s’agit d’accéder à une connaissance qui provient de l’intérieur de nous, et non de l’extérieur.

Les racines latines du mot prennent alors tout leur sens.

Ceci sous-entend que nous avons, en chacun de nous, des connaissances que nous recherchons généralement dans le monde qui nous entoure. Et l’intuition serait alors une voie d’accès à cette source d’informations souvent insoupçonnée.

L’intuition laisse l’estime de soi s’exprimer librement. Mais pour cela, l’estime de soi ne doit pas être brimée par l’ego.

.

Les 4 plans de notre conscience

L’ego appartient au plan mental, l’intuition au plan émotionnel. Sauf que trop accaparés par notre mental, nous avons tendance à ignorer les 3 autres plans.

Être conscient de ces 4 plans et en prendre soin au quotidien est sans aucun doute le chemin d’une vie épanouie et harmonieuse. J’aborde ceci dans l’article Devenir plus intelligent jour après jour : pourquoi comment ? sans faire référence aux 4 plans de conscience.

.

L’ego et l’estime de soi

L’ego n’est pas pour autant mauvais conseiller. Et nous ne pouvons pas être dépourvu d’ego. Avoir un ego est normal et là n’est pas le souci. Le souci vient de la place et de l’importance qu’on lui donne et non de sa présence. Mais également de comment nous traitons l’information que nous recevons. Si l’estime de soi est au RDV, j’ai confiance en ma capacité à appréhender les situations.

Vous connaissez certainement des personnes qui présentent une forte estime de soi avec un ego qui prend beaucoup de place. Elles n’aiment pas avoir tort, encore moins être contredites. Ce n’est jamais leur faute et sont bien incapables de se remettre en question. Elles font en fait beaucoup d’effort pour cacher leurs faiblesses et sont pourvues d’une bien pauvre estime de soi. Ne vous laissez pas leurrer par un comportement impétueux, colérique ou critique. C’est une façade. La personne que vous avez en face de vous est en souffrance et elle l’ignore. Faite preuve de compréhension.

Car certaines de nos expériences ont généré des conséquences que nous avons jugées en fonction de leur gravité (bonnes ou mauvaises) puis étiquetées. A présent, nous estimons que certaines choses sont bonnes pour nous et que d’autres non. Dans l’absolu cela pourrait être vrai, sauf que cette affirmation ne l’est que depuis un seul et unique point de vue : le nôtre ! Cette même expérience, vécue par une autre personne, aurait pu avoir une toute autre interprétation, suivant l’estime de soi que l’on se porte. De plus cette expérience vécue à un instant « T » aurait pu être perçue différemment à un autre instant « T ».

L’intuition et l’estime de soi

Par opposition, une intuition est toujours juste. Elle est « indubitable » et atteint la vérité directement. Si votre intuition n’est pas juste, c’est que ce n’en est pas une. Il arrive généralement que notre raison, nos jugements, nos interprétations et donc notre ego entrent en jeu et se mêlent à nos perceptions intuitives. Ce que nous prenons alors pour des intuitions ne sont en fait que l’expression de nos peurs, de nos désirs, de nos a priori… Pour pouvoir se fier à notre intuition, nous devons donc la distinguer des perceptions provenant de nos émotions et de notre intellect.

L’intuition est une capacité que nous possédons tous. Nous pouvons en développer son usage par la pratique. Elle nous permet d’accéder à une perception, à une connaissance plus directe. L’intuition ne serait-elle pas au fond une formidable voie d’exploration de nous-mêmes et du monde, ainsi qu’un bon moyen de développer l’estime de soi ?

Conclusion

L’ego est une identité, il représente « le faire », le passé et le futur. Il est votre raison, votre jugement, votre expérience. Si on lui laisse trop de place, il peut vous bouffer le mental et l’estime de soi.

L’intuition est dans le présent et est reliée à vos plans émotionnelles et spirituelles. Elle est fiable à partir du moment où on ne laisse pas notre mental brouiller son message. Faire confiance à son intuition nourrit notre estime de soi.

Mais vous ne vous réduisez pas seulement à l’un ou l’autre. N’oubliez pas que vous êtes constitué des 4 plans de votre conscience : le corps, le mental, l’émotionnel et le spirituel. J’ai abordé rapidement le sujet. Il méritera d’être développé dans un autre article. En attendant, portez attention, prenez soin de chacun de vos plans et l’estime de soi que vous vous portez vous le rendra au centuple.

Revenons à l’été dernier

Vous l’avez donc compris, ces petites voix dans ma tête qui me disaient d’un côté de faire plus de grammaire et de l’autre de rendre mes cours plus ludiques, c’était mon ego et mon intuition qui s’exprimaient. J’ai laissé mon ego prendre le dessus car je n’avais pas d’expérience dans le domaine. Le seul référentiel dont je disposais remontait au temps où j’étais moi-même élève. Au final, j’ai écouté mon intuition et j’ai bien fait. J’ai passé un bon été et mes ados aussi.

Et vous, quel rapport avez-vous avec ces voix dans votre tête ? Arrivez-vous à les canaliser, à les faire taire même parfois ? Faisiez-vous le lien entre l’ego et l’estime de soi ? Il y a encore beaucoup de chose à dire sur l’ego et comment le calmer. Comme par exemple, comment nos prises de décision sont influencées par notre ego.

Si ça vous a plu, merci de partager et commenter. C’est motivant pour moi et indispensable à la vie du blog.

A bientôt

Stéphanie

.


https://apis.google.com/js/platform.js

Offrez-vous 10 jours pour booster votre confiance en soi et votre carrière, c’est gratuit !

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin
2fbd2cf1382532f357c77739f8f0d4e8jjjjjjjjjjjjjjjjjj
Pack confiance en soi

TELECHARGEZ GRATUITEMENT LE PACK POUR AMELIORER VOTRE CONFIANCE EN VOUS !

 5 infographies sur la confiance en soi à télécharger au format PDF

Votre email restera 100% confidentiel

C'est tout bon ! Vous allez recevoir un mail pour confirmer votre inscription.

Newsletter ImprovYourself

Restez informé des nouveaux articles, vidéos et infographies du blog

Vous êtes inscrit !