Prendre le pouvoir sur sa vie grâce à ses pensées

par | Oct 18, 2018 | Développement personnel | 4 commentaires

Qui n’a jamais rêvé de prendre le pouvoir sur sa vie ? D’avoir une baguette magique et ainsi de pouvoir transformer le monde à l’image que l’on aimerait qu’il soit.

Si je te demande de me parler de toi, que dirais-tu en premier lieu ? Quelle pensée te vient en tête ? Et à la question : Est-ce que tu t’aimes ? Que répondrais-tu ?

Chez 95 % des personnes que j’accompagne, la plupart serait gênée de répondre à la première question et dirait non à la seconde.

Elle est là ta baguette magique. Dans ta tête. Plus précisément, dans tes pensées.

mais qu'est ce que tu me racontes là

1. Quand nos pensées nous empêchent de prendre le pouvoir

Si tu es ou as été sujet à une ou plusieurs addictions, tu sais ce que signifie être prisonnier d’une situation. D’avoir perdu son pouvoir.

Plus tu veux être fort, plus tu veux résister et plus tu craques. Non je ne fumerai pas cette cigarette. Et tu finis par en fumer 5 d’affilée. Non je ne mangerai pas ces granolas qui m’appellent tel le chant des sirènes dans le fond de mon placard. Le paquet y passe.

Ça fonctionne avec tout. La nourriture, la cigarette, l’alcool, les relations de dépendance affective, le sexe, la drogue. Tout ce que notre cerveau a identifié comme étant source d’apaisement.

Sauf qu’une fois la pulsion passée, on se sent bien temporairement. Puis nos pensées se remettent en marche et on se sent encore plus mal car la culpabilité prend le dessus. On se fouette la conscience à coups de « t’es bon.ne à rien », « espèce d’incapable », « t’as aucune volonté » », « t’es un.e moins que rien » etc, etc, etc.

Et qu’est-ce qu’on fait pour arrêter de penser ? On se jette sur l’objet de nos tourments. On craque, on fait une crise, on cède à notre pulsion.

Pas l’ombre d’une solution pour sortir de cet enfer. On se sent seul. Surtout quand on a honte de son addiction. Personne ne peut comprendre ce que l’on vit. En tout cas, c’est ce que l’on croit.

Et tout ça à cause de nos pensées qui nous enferment dans une logique qui nous empêche de voir les solutions autour de nous.

2. Le jour où j’ai perdu mon pouvoir

Je peux te parler de ça pendant des heures. Ce problème de dépendance, je l’ai vécu en long, en large et en travers. Ça a démarré à mon adolescence et ça s’est terminé dans ma vie d’adulte.

Il y a quelques années, peut-être même mois, j’aurai été incapable de partager ce qui va suivre. Je sentais encore trop le poids de la honte peser sur mon passé. Ce qui signifie que ça y est, j’ai fait la paix. Je me sens légère et joyeuse. Je suis heureuse de t’en parler aujourd’hui, surtout si ça peut t’aider à sortir de ta situation. Mais je pense que pour les personnes qui me connaissent, ça va les surprendre. J’en ai très peu parlé autour de moi.

Aller je me lance…

J’ai été boulimique pendant de nombreuses années. Ça a démarré vers mes 16 ans. Je vivais seule avec mon père depuis 2 ans. Il y avait beaucoup de tensions avec ma mère suite à ma décision d’aller vivre chez mon père. Je me sentais très seule, sans mes frères et surtout sans l’amour de ma mère.

J’ai voulu perdre du poids pour lui plaire. Elle me disait souvent que j’avais grossi. J’avais le sentiment qu’elle ne m’aimait pas quand j’étais en surpoids. Suite à un régime drastique à tendance anorexique, j’ai bien minci. Mais je ressentais de la frustration à cause des aliments que je m’interdisais de manger.

Jusqu’au craquage. Ah non, interdiction de reprendre du poids. Comment faire alors ? C’est là que la valse avec la cuvette des toilettes a commencé. Je t’aime moi non plus.

J’avais honte mais honte, c’était pas croyable. Petit à petit, mon entourage s’en est aperçu. Là c’est le clou qui ferme ton cercueil : le déni .

« Moi un problème ? Ah non, je vois pas du tout de quoi vous parlez. » Exactement comme un.e alcoolique ou un.e drogué.e, tu te mets à mentir à tout le monde. Pour ne pas avoir à regarder la vérité en face. Ça fait trop mal.

3. Le mensonge ne trompe que toi

Le problème n’est pas tant que tu mentes aux autres mais que tu te mentes à toi même. Tu as bouclé la boucle du cercle vicieux. Alors, tu éloignes de toi les personnes les plus proches qui pourraient s’en apercevoir. La solution (nourriture, alcool, drogue…) que tu as trouvé à ton mal-être fonctionne tellement, tellement bien. D’ailleurs, tu préfères te retrouver seul.e plutôt que de te confronter en parlant de ça avec quelqu’un.

Et tu sais ce qui a crée ce gros tas de merde dans mon cerveau ? Ma seule et unique pensée.

Reprenons le processus du début. Face à une situation donnée, des pensées émergent. Pire que ça, elles vont dans tous les sens. Tous les jours, on en a 60 0000 en moyenne. Tu te rends compte du bordel ? T’as eu des cours toi à l’école pour t’apprendre à les gérer ?

Eh non.

Imagine que tes pensées soient comme un enfant de 2 ans qui court partout avec un couteau de boucher dans les mains. Le carnage quoi.

Ben c’est ce qui se passe dans ta tête.

4 – Identifier tes croyances limitantes pour prendre le pouvoir

Disons que l’on vient de cerner le problème numéro 1. Derrière lequel se cache le problème numéro 2 : nos croyances limitantes.

Alors là, niveau programmation mentale, on est au top.

Il s’agit du condensé de notre conditionnement. Le résultat de notre éducation, de nos rencontres, de nos expériences qui ont crée un filtre qui nous fait voir le monde d’une certaine manière.

Afin de coller à notre filtre, notre cerveau nous envoie des pensées qui vont venir valider ce filtre en permanence.

Exemple : Je suis célibataire et j’ai 35 ans (faits)

→ C’est normal, t’es moche et personne ne veut de toi (croyance limitante)

→ Ben oui, les hommes/femmes c’est tous des trous de balle (autre croyance tout aussi limitante)

→ J’espère que mon chat aura assez de croquettes et qu’il sera pas obligé de me manger pour survivre dans les semaines qui suivront ma propre extinction dans l’indifférence générale (heuuu, là je peux plus rien pour toi)

Tu te rends bien compte que ce n’est pas avec ce type de schémas mentaux que tu vas être disponible pour rencontrer une personne saine et bienveillante. Tu vas juste soit rester célib, soit rencontrer des personnes qui vont venir s’engouffrer dans ta faille émotionnelle. Donc au final, je pense pas que tu sois plus heureux.se.

4 bis – Comment prendre le pouvoir sur tes croyances limitantes

Alors, pour remédier à la malédiction du chat sans croquettes, je te propose de partir à la chasse de tes croyances limitantes. Toute pensée négative te concernant ainsi que ton environnement sera systématiquement notée. Certaines croyances reviennent plusieurs fois dans la journée.

Tu les regardes droit dans les yeux et tu leur dis avec une grosse voix, comme un videur de boîte de nuit, « Je crois que ça va pas être possible ».

Suite de l’exemple : Je suis célibataire et j’ai 35 ans (faits)

→ C’est normal, j’ai pas confiance en moi en ce moment mais je lis des supers articles qui vont m’aider à remonter la pente (croyance positive)

→ Je rencontrerai quelqu’un quand je serai prêt.e. D’abord, je vais faire un petit travail sur moi (croyance positive + passage à l’action 🤘)

→ Je suis allergique aux chats de toute manière. Quelle idée d’avoir un tel animal chez soi. Leur seul regard est un composé satanique fait de malice, de complot, de dédain et de provocation. (faits, pur et simple 😉

Partir en chasse de tes croyances est la première étape. Ensuite, on va se mettre à la poursuite de tes pensées.

Chat en colère

Mouahahahahahaha

5 – Prendre le pouvoir grâce au modèle de Brooke

Brooke Castillo est une coach américaine très inspirante. Elle m’a d’ailleurs motivée à créer mon propre podcast en écoutant le sien, qui est en anglais. Le sien, pas le mien. Le mien s’appelle Bonjour Bonheur et tu es à 2 clics de le découvrir.

Elle a un don pour rendre accessibles et utilisables des notions de développement personnel parfois un peu abstraites. Dans cette lignée, elle a crée le modèle de Brooke.

Je t’ai fait l’infographie ci-dessous pour t’expliquer comment ça marche.

6 – Comment j’aurai pu utiliser le modèle de Brooke à l’époque

Tu vas voir à quel point le modèle de Brooke est puissant pour prendre le pouvoir sur ses pensées. Reprenons mon cas.

Situation : J’ai 16 ans et je suis seule chez mon père

Pensée : Je suis seule parce que personne ne m’aime. Donc je mérite de rester seule

Émotions : Grande tristesse, apathie, désolation

Action : je mange jusqu’à en avoir mal au ventre tout en regardant la télé pour bien m’abrutir le cerveau, qui est sur silencieux pendant ce temps là. Je vomis. Je recommence.

Résultats : Je me sens comblée. Puis je culpabilise d’avoir fait ce que j’ai fait, d’avoir gaspillé toute cette nourriture. C’est pour cela que personne ne m’aime. Et que donc je suis seule… et ça recommence

Même situation, autres pensées.

Situation : J’ai 16 ans et je suis seule chez mon père

Pensée : Je suis seule parce que j’ai rien prévu de faire cet aprem. Je m’ennuie. Et si je sortais ?

Émotions : Assez neutre, légère lassitude

Action : Je sors de la maison et je rencontre une voisine

Résultats : On va chez elle écouter de la musique. Je passe un bon moment. Je me sens bien.

Bien sûr à l’époque je n’étais pas outillée pour avoir un tel recul. Et je ne regrette rien à mon histoire. Ce que j‘ai traversé à fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. J’ai simplifié le process de ma boulimie bien-sûr. Il n’y a pas que le fait que je me sente seule. Il y a tout un tas d’autres facteurs à prendre en compte. L’adolescence est une phase complexe et fragile.

Si tu es prisonnier.ère d’une addiction, je ne dis pas que ce schéma va tout résoudre d’un coup. C’est un outil efficace pour t’aider à te comprendre et avancer dans ton travail sur toi. Courage, tu peux le faire !

7 – Prendre le pouvoir sur soi par le lâcher prise

Pas évident d’écouter ses pensées dans un quotidien surchargé. On a la tête dans le guidon et on n’arrive pas à en sortir. Le meilleur moyen, c’est de se mettre sur pause.

Pour cela, la méditation, c’est vraiment pas mal. Tu te prends quelques minutes tous les jours pour prendre la température de tes pensées. Mhh plutôt agitées aujourd’hui. Elles qui me rendaient si joyeuses hier. Pourquoi ?

Méditer pour prendre le pouvoir sur ses pensées

Quelle est la pensée qui émerge tel un glaçon dans un verre de coca qui remonte sans cesse à la surface malgré tes tentatives vaines de le maintenir au fond avec la touillette ?

A quoi t’amène cette pensée ? Qu’est-ce qu’elle te donne envie de faire ? Si elle revient sans cesse, c’est qu’il y a un problème. Quel est ce problème ? Et surtout, quelle est la solution à ce problème ?

Conclusion

Tu verras qu’au début, ça va te paraître bizarre. Tu n’as pas l’habitude d’observer tes pensées à la loupe. Peut être même ne vas-tu pas y arriver du tout. Si c’est le cas, lâche-prise. Fais autre chose, tu reprendras plus tard.

Et puis tu vas intégrer ça dans ta routine quotidienne. Surtout quand tu observeras les bienfaits de la pratique.

Tu auras comme des signaux d’alarme dans ta tête :

« Tiens, je me sens triste. Quelle a été ma pensée ? Pourquoi j’ai pensé ça ? Quelle est la croyance cachée derrière ça ? »

Tu verras que petit à petit, tu vas te libérer de tes pensées. Puis tu te sentiras plus léger.ère. Tu sortiras de tes schémas mentaux néfastes.

Je me suis demandée en écrivant l’article si cet outil aurait pu m’aider à sortir de la boulimie. Je pense que oui mais pas uniquement. Ça peut accélérer l’indépendance mais je pense qu’un accompagnement par un professionnel est important. Rencontre-en plusieurs si ça ne colle pas. Si tu es dans une situation similaire, surtout, ne reste pas seul.e. Parle-en avec quelqu’un, c’est toujours un début pour trouver une solution.

La vie est belle, je te le jure. Mes pensées me le disent tous les jours =)

Stéphanie

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin
risus. libero luctus eget Praesent Donec ut
Pack confiance en soi

TELECHARGEZ GRATUITEMENT LE PACK POUR AUGMENTERVOTRE CONFIANCE EN VOUS !

 5 infographies sur la confiance en soi à télécharger au format PDF

Votre email restera 100% confidentiel

C'est tout bon ! Vous allez recevoir un mail pour confirmer votre inscription.

Newsletter ImprovYourself

Reste informé des nouveaux articles, vidéos et infographies du blog

Vous êtes inscrit !