Minimalisme : moins de bordel, plus d’essentiel

par | Oct 28, 2019 | Développement personnel | 0 commentaires

Minimalisme…. T’en entends parler partout de Pinterest à Instagram.
 
Mais tu sais pas vraiment ce que ça veut dire.
 
A l’occasion de mon départ de Budapest pour retourner dans mes pénates françaises quelques mois, je prends le temps de faire un bilan.
 
Dans cet article, je te partage ce que j’ai appris au cours de ces 4 derniers mois :
 

✅ Pourquoi posséder moins va changer ta vie 

✅ Ce que ta garde-robe dit de toi

✅ Pourquoi en t’allégeant, tu vas plus loin et plus vite 

Basique et simple, c’est parti pour un tri à grande échelle.

Déménager, c’est la tanné

 
C’est vrai. Surtout quand il y a 70 marches qui séparent le RDC de ton étage.
 
Mais pas que.
 
C’est aussi l’occasion de faire le point, le tri, de s’alléger, de se regarder en face.
 
Je suis partie de France début juillet 2019 et je rentre dans quelques jours.
 
Attention, je vais te choquer avec la grande leçon de vie que j’ai apprise pendant ces 4 mois.
 
– Je peux vivre avec 3 paires de chaussures –
 
Le choc, je sais.
 
J’espère que t’étais bien assis en lisant cela.
 
En partant, je n’ai pris que des chaussures d’été, une paire de basket blanche et une autre pour le sport.
 
Je fus fort dépourvue quand la bise fut venue.
 
Avec toutes les paires de chaussures d’hiver que j’ai à la maison, impossible d’en ramener quinze en France.
 
J’ai fait un pacte avec moi-même de me limiter à acheter une seule et unique paire.
 
Personne ne m’a regardé de travers ou avec pitié.
 
Tout le monde s’en fout en fait.
 
Ok si t’as des chaussures jaunes fluo ou des talons de 20 centimètres, sinon personne ne fait attention à tes pieds.
 
Sauf les fétichistes…
 
…Mais c’est une autre histoire.
 
 

On passe du temps à se créer des problèmes

 
s’encombrer l’espace, la tête, la vie.
 
Pourquoi en fait ?
 
Pour faire plaisir à qui ? Notre ego ?
 
Et il nous le rend comment ?
 
En en voulant toujours plus.
 
FEED THE BEAST
 
Ce n’est jamais assez. Il y aura toujours quelque chose que tu n’as pas.
 
Pourquoi acheter un économe quand j’en ai 3 en France ?
 
J’ai un couteau qui coupe bien et qui m’a servi pour tout éplucher et découper.
 
Il y a quelque chose de profondément apaisant à posséder peu de choses.
 
A la base, ce qui m’a poussé à ne rien acheter, c’est de me dire qu’il allait falloir le ramener en France ou demander à quelqu’un de le stocker chez lui.
 
Dans les 2 cas, ça nécessitait de se contenter de l’essentiel.
 
D’un côté, je suis limitée physiquement par l’espace de ma voiture.
 
De l’autre, je vais pas aller encombrer l’espace d’une personne qui me rend un fier service.
 
Un petit peu de cohérence Madame Vautrin.
 
Au final, quand je pense à ce que je vais devoir déménager, j’ai pas la tête qui tourne ou l’envie de me mettre en PLS sous mon lit.
 
J’ai plutôt hâte de m’y mettre.
 
 

L’occasion de m’alléger encore

 
Supprimer le lourd, l’inutile, le superficiel, l’encombrant, l’égotique.
 
Garder l’important, l’essentiel, le résistant, le cohérent, le sublime.
 
Oui il y a du sublime dans le fait de ne posséder qu’une paire de chaussures.
 
Le sublime, c’est d’apprendre à se contenter de ce que l’on a.
 
Le sublime, c’est faire taire le bruit des pulsions.
 
Le sublime, c’est la capacité à rester concentré sur l’essentiel.
 
Ne pas s’encombrer du superflue.
 
Si tu veux entreprendre ce voyage, physique ou non, comme je t’en parlais lundi, tu dois te libérer de ces entraves matériels.
 
Au plus tu seras léger, au plus il te sera facile de te mettre en mouvement.

Joey-friends-avec tous les vêtements

Minimalisme

 

Le mot est lâché.
 
Comme tous les termes à la mode, sans gluten, vegan, zero déchet, à force d’utilisation répétée, deviennent galvaudés.
 
On n’entend plus le véritable sens derrière le mot.
 
Il y a trop de bruit autour.
 
Tout le monde crie sa vérité autour du terme.
 
« Moi je suis pour »
 
« Moi je suis contre »
 
Pourquoi choisir un clan ?
 
Pour moi, le minimalisme, c’est être capable de voyager léger.
 
Et cela engendre pleins de petites ramifications autour.
 
A commencer par les fringues.
 
Tes habits, c’est ton passeport social.
 
C’est le message que tu décides d’envoyer au monde tous les matins quand tu ouvres les portes de ta garde robe.
 
As-tu conscientisé ce message ?
Comment es-tu habillé aujourd’hui ?
 
Que disent tes vêtements de toi ?
 
Je me souviens d’une époque où j’étais en leggins tous les jours de la semaine.
 
Pas de passage par la salle de bain, sauf si obligation sociale.
 
Figure-toi que c’était pas ma période la plus glorieuse.
 
Tu n’envoies pas ce message qu’aux autres. Tu l’envoies avant tout à toi même.
 

Comment choisis-tu tes habits le matin ?

 
Avec soin, attention, affection ?
 
Ou avec frustration, impatience, lassitude ?
 
Il en dit long, ce petit geste routinier, tu trouves pas ?
 
Plus tu possèdes d’affaires, plus il est difficile de choisir.
 
Ce qui pourrait juste être un kiffe se transforme en corvée.
 
Tu as devant tes yeux le résultat d’un concentré d’années de non choix, de pulsions consommatricesd’énergies mal dépensées.
 
C’est normal que tu te sentes démuni face à l’ampleur de l’accumulation.
 
Allège-toi.
 
Donne, vends, recycle.
 
Ne conserve que ce qui te va à la perfection, qui te fait te sentir bien, qui te met en valeur, qui envoie un message authentique au monde.
 
Et quand tu en auras fini avec ta penderiepasse à autre chose.
La cuisine.
 
Puis la salle de bain.
 
Et le salon.
 
Fais circuler l’énergie dans ta maison.
 
Ca va changer ta vie.
 
C’est ça pour moi le minimalisme.
 

S’alléger pour mieux tourner la page

 
Les dernières fois ont toujours ce goût doux-amer de la contemplation des souvenirs couplé à une page qui se tourne.
 
C’est une petite mort qui n’a rien de tragique en soi.
 
C’est la vie qui continue.
 
Tout en sachant qu’elle ne sera plus jamais pareille.
 
Ohhh tu sens ce souffle mortifère dans ton cou.
 
Comme un léger rappel qu’il y aura, un jour, un point final à cette histoire.
 
C’est pour ça que l’on n’aime pas le changement.
 
On aimerait pouvoir fixer les choses pour que rien, jamais ne change.
 
Pour que la vie continue, toujours…
 
J-4 avant le départ pour la France au moment où j’écris ces lignes.
 
Voilà c'est fini

Derniers jours dans ce beau bureau avec vue sur Budapest

 

Le voyage est initiatique

 
Avant d’arriver en Hongrie, quelqu’un m’a dit « le voyage est initiatique ».
 
Cette phrase a résonné tellement fort en moi.
 
Ça veut dire quoi ?
 
Un voyage initiatique est un voyage dans lequel une personne se trouve confrontée à des épreuves, aux nouvelles expériences qui lui permettent de passer à l’âge adulte.
 
Voyager, c’est se donner rendez-vous avec soi même.
 
Se concentrer sur soi et sur ce qui a du sens.
 
Comment faire pour quitter le confort d’une routine, d’un environnement, d’un réseau de proches ?
 
Quelles forces peuvent bien nous pousser à sortir de ce cocon ?
 
L’ennui, la fatigue, l’insatisfaction, la frustration ?
 
Oui mais ce n’est pas suffisant.
 
Tu dois te retrouver au pied du mur.
 
Acculé dans à un nombre limité d’options.
 

Agis ou crève

 
Le confort et la routine sont des somnifères puissants.
 
Ils nous oublient dans des existences grises où rien ne vaut jamais vraiment la peine de se battre.
 
Et surtout pas pour soi.
 
C’est le pays des compromis, des justifications, des remises à plus tard.
 
Tu attends passivement, inconsciemment d’être mis au pied du mur.
 
Tu ne trouves pas la force de t’y mettre tout seul.
 
Pourtant, c’est ta seule issue si tu veux t’échapper de ce quotidien collant qui te rend profondément malheureux.
 
Personne d’autre à blâmer que toi même.
 
Pas une seconde à perdre.
 
Toi et moi, on a pas le temps pour les fioritures.
 
Chaque jour qui passe qui n’est pas consacré à cultiver notre potentiel est un jour perdu.
 
Le voyage, c’est s’offrir le luxe d’agir sur le temps qui passe.
 
1 semaine
 
1 mois
 
1 an
 
Se rappeler que chaque chose à une fin.
 
Et que le meilleur jour pour commencer, c’est aujourd’hui.
 

Ce voyage n’a pas besoin d’être physique

 
Tu as juste besoin d’un changement de décor.
 
Mental.
 
Toutes ces pensées qui t’assaillent et qui troublent ta vue.
 
– Pose-les.
 
– Tri-les.
 
– Choisis-les.
 
Et impose toi des temporalités.
 
Mets-toi toi-même au pied du mur.
 
Je t’écris ces lignes avec beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour et de bienveillance.
 
Je sais ce que tu vis.
 
Je peux t’aider si tu es prêt à te mettre au pied du mur.
 
Se faire coacher, c’est comme détricoter une pelote de laine.
 
Un fil après l’autre, tu démêles tes pensées.
 
Tu t’offres de la clarté.
 
Des prises de conscience.
Du feu pour agir.
Du pouvoir pour obtenir tes résultats.
 
Aucun autre investissement n’a changé ma vie comme le coaching.
 
Mes clients me le rappellent chaque jour qui passe.
 
Comme eux, démarre ton processus de transformation en réservant ta séance diagnostic avec moi. 
 
 
Stéphanie

Télécharge ton PDF sur moins de bordel, plus d’essentiel

Facebooktwitterlinkedin
nec consequat. adipiscing Donec id luctus Aliquam efficitur.
Pack confiance en soi

TELECHARGEZ GRATUITEMENT LE PACK POUR AUGMENTERVOTRE CONFIANCE EN VOUS !

 5 infographies sur la confiance en soi à télécharger au format PDF

Votre email restera 100% confidentiel

C'est tout bon ! Vous allez recevoir un mail pour confirmer votre inscription.